L'interview de Florian Nicolaï

1001sentiers a posé 10 questions à l'un des tout meilleurs enduristes azuréens, Florian Nicolaï, qui après 4 saisons chez Urge Rocky Mountain et autant de places dans le top 10 général des EWS, change de team et revoit ses objectifs à la hausse pour 2018. 

CV FLORIAN NICOLAI | NÉ EN 1993 | ENDURISTE
PALMARES 2x TOP 5 GENERAL EWS, 4x VAINQUEUR URGE 1001 ENDURO TOUR

Salut Florian, comment ça va ?

Salut Greg, ça va super bien ! En ce mois de Février, la météo a été relativement clémente sur la Côte d'Azur, c'est le feu pour rouler en route ou VTT.

Tes débuts à VTT ?

J'ai commencé le VTT en 2005, j'ai vu des pancartes publicitaires pour un TRJV dans Levens. Je ne savais pas vraiment ce que c'était, mais je voulais le faire. J'ai donc appelé le président du club de Levens, je lui ai demandé ce que c'était, il m'a expliqué et m'a dit de venir au club. J'y suis donc allé, je me suis inscrit et j'ai participé ainsi à ma première course. C'était XC et DH. J'ai fini dans les 10 au XC et j'ai gagné la DH. Ca m'a choqué, mais j'ai ressenti des sensations énormes en DH sous mon petit corps de 11 ans tout fin. C'était parti !

Ton spot favori dans les Alpes-Maritimes ?

Je dirais Valberg/Guillaumes, parce qu'on y retrouve vraiment tous les types de terrains : terres grises, terres rouges, chemins techniques, rapides... Un mixte de tout !

Florian Nicolai looked comfortable with the exposure on stage 3.
Florian Nicolaï sur son spot favori, durant l'EWS Valberg 2016 (Photo © Duncan Philpott)
Vous aussi, allez rider les Portes du Mercantour, vous ne serez pas déçu → Navettes, Riding Camp, Topos

Ton dernier ride marquant ?

C'était la semaine dernière, sur les chemins de l'ancienne coupe du monde de DH, à Cap d'ail. Je suis remonté par la mythique descente de l'époque et tout sur le vélo (sans assistance électrique)... Va remonter une DH de nos jours en vélo ! C'était cool de rouler à la fraiche avec une belle vue sur la mer, Monaco et St-Jean-Cap-Ferrat.

Il y a quelques jours, tu officialisais ton nouveau team pour 2018. Parle-nous en...

Oui, cela faisait 4 ans que j'étais chez Rocky, et comme toutes choses ont une fin, c'est arrivé cette année, j'ai quitté cette marque canadienne pour me rapprocher de la maison avec nos amis Allemands. A vrai dire, c'était pas facile de trouver une structure cette année, pour tous les pilotes d'ailleurs. Bref, j'ai donc signé avec Canyon et j'en suis super heureux. Je vois autre chose, je m’entraîne différemment et je mets toute les chances de mon coté avec cette structure et tous les conseils que Fabien Barel nous apporte. C'est vraiment cool.

canyon nicolai tordo_photo Markus Greber_5
Florian Nicolaï prend ses aises au guidon du Canyon Strive (Photo © Markus Greber)

Tu n’es pas le seul Azuréen à rentrer chez Canyon, Dimitri Tordo t’accompagne. Que peux-tu nous dire de lui ?

C'est super cool que Dimitri ait pu integrer la structure aussi, on a le même entraineur et on fait tout ensemble. Heureusement d'ailleurs. Il est bon délire, il roule vraiment vite, il a un style de fou, on dirait pas mais il a un physique d'un autre monde, il ne se la pète pas, et on rigole tout en restant concentrés sur nos séances. C'est genial, je suis vraiment content de partager les entraînements, les séances d'essais et les voyages avec lui.

Tes objectifs en 2018 ?

Ca fait quelques saisons que je tourne autour du podium sur les Enduro World Series, j'aimerais vraiment réussir à gagner une manche et à finir sur le podium du général. Mais je ne veux pas trop en demander, la première place est chère, tout le monde la veut. Si ça doit arriver, ça arrivera, mais déjà je serais hyper heureux d'un podium.

florian nicolai 6
Florian Nicolaï lors de son 1er podium Enduro World Series, en avril 2014 au Chili (Photo © Matt Wragg)

En 2017, tu as aussi remporté ton 4ème titre sur l'Urge 1001 Enduro Tour. La passe de 5 en 2018 ?

Cette année, je serai plus selectif je pense, je ne pourrai certainement pas faire toutes les courses, et puis maintenant, je recherche vraiment du plaisir sur les courses de l'Urge 1001 Enduro Tour. De plus, d'autres pilotes locaux veulent le titre, ils le méritent, donc qu'ils s'amusent. Maintenant, si je viens à gagner, je ne dirai pas non.

Ton bike pour cette année ?

Cette année, il y a un peu plus de choix chez Canyon avec le Strive que tout le monde connait, et le gros nouveau, le Torque et ses 180 mm de débattement. Pour ma part, je pense rouler le Torque sur la majorité des courses.

Hâte que ça commence ?

Oui, les deux premières manches des EWS, c’est dans un mois, en Amérique du Sud, et honnêtement je suis impatient de voir si le travail de tout l’hiver à payé. Je me sens bien.

canyon strive florian nicolai
Le Canyon Strive 2018 de Flo' (Photo © Florian Nicolaï)

Gazzz Flo !

 Rendez-vous le 12 mars pour 10 questions à une autre figure du VTT azuréen...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *