L'interview de Mark Edwards

Lorsque vous bavez devant une affiche de la Transv, c'est grâce à ses talents de graphiste. Lorsque vous vous étalez dans un filet sur la Megavalanche, c'est lui qui l'a planté. Lorsque vous recevez une newsletter de l'UCC, c'est lui qui vous l'a envoyée... Rencontre avec l'une des pièces maitresses des événements UCC...

CV MARK EDWARDS | NÉ EN 1985
INFOGRAPHISTE, WEBMASTER, HOMME DE TERRAIN, ETC. À UCC SPORT EVENT

Salut Mark, comment ça va ?

Très bien, la saison s’annonce belle avec pas mal de nouveautés. On est toujours excité quand la saison commence, d’autant plus quand il y a du neuf. J’espère juste que la neige aura fondu pour le Bigreen de Grasse.

Tes débuts à VTT ?

Euh... Depuis que je tiens debout je pense. Je suis entouré de deux roues depuis que je suis né. J’ai beaucoup de souvenir de ride de quand j’étais minot. Avec Geogeo (George Edwards) comme papa, tu penses bien que les sorties en mode aventure étaient monnaie courante. Quand j’avais 8 ou 9 ans, j’ai le souvenir d’une sortie vers Berre-les-Alpes genre Transv... Des sorties que tu ne fais pas avec un gamin de 8 ans normalement ! J’ai fini à moitié dans un ravin sur un single, mais j'ai kiffé grave. On avait fini à la nuit (comme souvent) et j’attendais sur un parking en bord de route (en sautant partout sur mon petit Sunn Kider 24” rigide) qu’il retourne chercher la voiture au point de départ. Je passais ma vie sur mon vélo, je tournais en rond dans le jardin, il y avait des appuis partout à force de passer !

Ton spot favori dans les Alpes-Maritimes ?

Dur de choisir, je suis fan de beaucoup d’endroits, mais j’ai toujours des frissons quand je suis sur les crêtes de l’Audibergue, la vue est dingue !!! On voit de l’Italie jusqu’aux Bouches du Rhône quand il fait beau, c’est magique quand tu es là-haut. Et le schuss sur les pierres plates dans la descente de la crête, tu as l’impression de voler avec un bruit bien particulier (flaflaflafla…)

mark edwards_photo christian retaggi
« Flaflaflafla » sur les crêtes de l'Audibergue avec le panorama qui va bien ! (Photo © Christian Retaggi)
Vous aussi, allez rider dans les Préalpes d'Azur, vous ne serez pas déçu → Navettes, Topos

Ton dernier ride marquant ?

C’était une reco du nouveau parcours rouge du Bigreen. Départ de St Vallier avec l’ascension du col Ferrier pour se chauffer. Arrivée au col, on trouve les premières traces de neige fraiche. On enchaine direction le plateau de la Malle avec une montée dans 15 cm de neige tout en glisse... Un régal avec la motricité du VTTAE. Au sommet : la neige, les montagnes, le ciel bleu, la mer, les Îles de Lérins... le kif total quoi ! On attaque la descente dans 15 cm de poudreuse sur un single.... Ooooooh, trop bon, je surfe sur le bike. Après la neige, les pierres dans une portion bien technique... J’adore ça, plus c’est dur, plus je kiffe. On poursuit avec une petite spéciale d’enduro comme on les aime, by le club de St Vallier-de-Thiey (merci Philippe)... Bijou ! Derrière ça, on continue à descendre par une trouvaille à Geogeo au top jusqu’à Cabris. Et le top avec les VTTAE c’est de finir en remontant à St Vallier par une bonne montée bien technique... Parfait quoi !

Tiens, au fait, en quoi consiste ton job au sein de l’UCC ?

Ah ah... Lequel ?! C’est un métier qui te demande de toucher à tout. Je m’occupe de la création des visuels, de la communication, des inscriptions, des sites web, des réseaux sociaux, des relations avec les partenaires, des relations avec les institutions, du repérage des tracés, du balisage, débroussaillage, du plantage de piquets… Avec mon père, on est bien entourés pour mener à bien tout ça grâce à Cathy, Quentin et Irène, sans oublier bien sûr tous les volontaires qui nous suivent (Gérard, Alain, Marc, JP, etc). J’ai la chance d’évoluer dans un monde qui est ma passion, dans le sport, alors en avant !

mark edwards_photo christian retaggi 3De gauche à droite Mark, Quentin et Gérard, plus motivés que jamais pour bichonner les tracés UCC (Photo © Christian Retaggi)

Dans quelques semaines aura lieu le Bigreen Grasse, votre première manifestation de l'année. Quoi de neuf en 2018 ?

Oui, le Bigreen arrive à grands pas. Il marque le début de la saison des événements UCC Sport Event. C’est toujours top de commencer l’année avec une “Rando”. L’état d’esprit est cool, tout le monde est là pour une bonne journée de convivialité. Cette année, les parcours changent avec 3 départs différents. On retrouve toujours le départ du parcours “Classic” de St-Vallier-de-Thiey. Pour les participants plus confirmés, le Col Ferrier sera le départ “Sport” bénéficiant d’une première partie totalement inédite avec une vue imprenable sur la mer. Nous avons aussi fait le choix cette année d'un départ du Tignet à mi-rando pour le “Découverte” de 20 km, destiné aux enfants, aux familles, aux débutants. Le parcours en lui-même change surtout sur la partie haute puisque nous mettons cap à l’Est direction Cabris. Un beau Bigreen nous attend !

Puis viendra la Transvésubienne, qui fêtera ses 30 ans en mai. Toi qui baigne dedans depuis tout petit, quels souvenirs t’ont le plus marqué de cette épopée ?

Hé oui, 30 ans, nom de dieu ! C’est dingue, elle est devenue un mythe. Comme l’Everest chez les alpinistes, il faut la gravir au moins une fois dans sa vie de rider. Tu peux te la péter quand tu dis « Ouais, je suis finisher de la Transv ». Etre finisher est un titre, comme une victoire.
J’ai plusieurs souvenirs de ouf de la Transv. Le plus marquant, je le garde pour moi car il peut être le sujet d’une grosse annonce très prochainement. Sinon, l’année 2009 m'a bien marqué avec sur la ligne de départ deux des plus grands champions du VTT : Julien Absalon & Nino Schurter... Quel cadeau de les avoir sur la Transv ! Il y a aussi les souvenirs d’éditions dantesques, sous la pluie, dans la neige, le froid... Des années qui ont contribué à renforcer son statut de mythe du VTT. Les émotions des mecs à l’arrivée te marquent beaucoup aussi. Tu sais pourquoi tu as bossé quand tu vois leurs visages. Des sourires, des larmes, des grimaces… Pour les organisateurs c’est notre principal satisfaction. Je me souviens de l’année où il avait neigé (ndlr: 2013) et de l’arrivée de la famille Vitteaut père et fils (Neway Nice) ensemble les larmes aux yeux de bonheur. Là, tu kiffes le moment ! Et bien d’autres encore…

transvesubienne 2016 alexis chenevier 2
« Des sourires, des larmes, des grimaces »... Rendez-vous les 12-13 mai pour de nouvelles émotions sur la Transv (Photo © 1001sentiers)
Et rendez-vous les 31 mars-1er avril pour rouler en avant-première le parcours 2018 lors des Recos Transv !

En bref, qu’est-ce que vous avez prévu pour ces 30 ans ?

Pour les 30 ans,  quoi de plus normal que de revenir au parcours “Historique” ?! C’est pour moi le plus beau. Franchir le Brec d’Utelle fait partie de la légende Transv. 30 ans après, passer sur les mêmes traces que les guerriers de 1988 avec leurs vélos de m**** ! Une des plus grandes chances que nous avons cette année et qui n’a pas été simple à réaliser, c’est de renouer avec l’arrivée sur la Promenade des Anglais, les pieds dans la Méditerranée. L’info qui est peut-être la plus croustillante n’est pas encore validée. Alors j’espère : « Coming soon », comme on dit. Et puis il y la catégorie vintage, avis aux courageux, il y a déjà quelques inscrits.

L’UCC a également pris très tôt le tournant du VTTAE, notamment avec l’Ebike Serie et l’Electro Bike Festival. Quelles nouveautés en 2018 pour les e-bikers ?

Concernant le VTTAE, nous avons certainement été les premiers à y croire. Nous entamons notre 7ème saison avec la catégorie VTTAE. J’ai encore le souvenir de JP Bruni avec un vélo improbable au départ de la Transv 2012. Pour l’année 2018, nous continuons à porter le VTTAE en compétition avec l’E-Bike Serie by Loisi Bike. C’est pas simple  ! Il n’y a pas encore beaucoup de compétiteurs électriques. Trouver la bonne équité pour les catégories est complexe. Avec les différences de batteries (500, 620, 700 wh, etc), nous avons mis en place cette année des catégories de classe différentes : les E-500 et E-500 Plus. Surtout pour les courses longue distance comme la Transv et la Transv West. Par ailleurs, sur la Transvésubienne, les VTTAE feront une boucle de plus au niveau de Levens. L'idée de cette boucle supplémentaire est d’exploiter au maximum les capacités des VTTAE. A Auron, pour l’Electro Bike Festival, le parcours change, nous revenons à un parcours en boucle, toujours sur un tracé qui coïncide avec le style de pilotage qui convient aux aptitudes des e-bikes. En même temps il y aura une étape du 1001 Enduro Kid Tour : la Mega Kid. Espérons que de voir des VTTAE leur donne l’envie de s’y mettre en compétition.

mark edwards_photo christian retaggi 1
Mark Edwards s'éclate avec son e-bike Moustache (Photo © Christian Retaggi)

D’ailleurs, toi, à titre personnel, tu es plutôt musculaire ou e-bike ?

Franchement, j'adore le VTTAE. C’est incroyable les perspectives que ça t’ouvre : tu ne te poses plus de question, tu pars rouler 40 à 50 bornes sans réfléchir ; tu as un sentiment de liberté immense ; et ce que j’adore, c’est que le pilotage n’est plus uniquement en descente, il est aussi en montée. C’est magique, tu rides en montée, tu vas chercher des trajectoires comme en descente. Pour être un bon pilote de VTTAE, il faut être un bon descendeur et un bon “monteur”. Hé oui : nouvelle expression ! Et en descente, tu as une stabilité incroyable. Le seul bémol, c’est le poids bien-sûr, et les crevaisons. Mais les constructeurs évoluent très vite, on aura des composants adaptés bientôt. A côté de ça, je roule aussi en musculaire et le kif est toujours là, mais essentiellement en descente. J’ai un pilotage très aérien en descente et le musculaire me le permet plus que le VAE ; alors quand je veux vraiment rider en mode enduro, je suis plus musculaire. Je ne saurais pas dire encore ce que je préfère entre les deux, mais je dois dire que je m’éclate grave en VTTAE.

mark edwards 3
Le fameux « pilotage aérien » de Mark, au guidon de son musculaire, un Nukeproof Mega. Il a de bons restes l'ex-descendeur. (Photo © UCC)

Bonne saison Mark !

Rendez-vous le 26 mars pour 10 questions à une autre figure du VTT azuréen...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *