Après quatre mois et demi de trêve hivernale, l’Urge 1001 Enduro Tour reprenait du service le 6 mars 2016, pour sa dixième saison et pour la première fois en Italie. Direction Dolceacqua, dans la province d’Imperia, pour une manche d’ouverture italienne où étaient présents pas moins de 300 pilotes venus de 9 pays différents… Le championnat enduro 1001sentiers s’internationalise, mais que les chauvins se rassurent, il est toujours sous domination azuréenne.

Photos © Greg Germain / 1001sentiers.fr

dolcenduro2016_1001sentiers_12

Dolceacqua, un charmant village situé à moins de 20 minutes des Alpes-Maritimes, un savoir-vivre italien comme on l’aime, et une kyrielle de sentiers enduro démoniaques bichonnés par l’équipe surmotivée de SuperNatural… Autant de raisons qui nous ont motivé à accueillir leur course, le Dolcenduro, au sein du championnat 1001sentiers pour lancer la saison 2016.

dolcenduro2016_1001sentiers_13

Après le déluge de la veille, Dolceacqua se réveille sous le soleil, pour le plus grand plaisir des 300 compétiteurs, qui vont rouler pendant une grosse partie de la journée sous le soleil et avec des températures avoisinant les 20 degrés.

dolcenduro2016_1001sentiers_2

Cela dit, les pluies diluviennes du samedi matin ont fait quelques dommages sur les sentiers, alors l’organisation est contrainte de modifier son parcours et d’aller chercher une nouvelle spéciale plus lointaine. Finalement, les pilotes feront pas moins de 55 km de vélo et 1800 m de dénivelé ! Un sacré morceau pour certains, mais une bonne nouvelle pour d’autres, à commencer par les top pilotes qui étaient justement venus là pour se remettre en condition à trois semaines de la première Enduro World Series (Nico Vouilloz, Adrien Dailly, Alex Cure, Dimitri Tordo, Cécile et Cédric Ravanel…). Une tripotée de pilotes EWS confrontés à tous les cadors de l’Urge 1001 Enduro Tour (Olivier Giordanengo, Rémy Quillévéré, Valentin Escriou, Julie Duvert, etc.), à quelques grosses pointures enduro françaises et suisses (Baptiste Gaillot, Florian Golay), sans oublier bien sûr les Italiens Marco Milivinti, les frères Lupato ou encore Davide De Bella… Bref, un plateau de fou pour ce premier enduro #1001 2016 !

dolcenduro2016_1001sentiers_3

Mais au-delà des chiffres, ce 6 mars fut surtout une fabuleuse journée pour faire du VTT, avec une météo exceptionnelle et des panoramas époustouflants sur les Alpes du Sud fraichement saupoudrées…

dolcenduro2016_1001sentiers_5

dolcenduro2016_1001sentiers_14

…avec trois très belles spéciales, préparées aux petits oignons par l’organisation, qui filaient sur les crêtes avec la mer en toile de fond d’un côté, et les montagnes de l’autre.

dolcenduro2016_1001sentiers_8

…avec un public venu nombreux (sans mentir il devait y avoir 200 personnes le long de chaque spéciale) pour voir passer et encourager les pilotes.

dolcenduro2016_1001sentiers_4

…Et pour couronner le tout : un ciel bleu éclatant et un grip de malade sur les chemins !

dolcenduro2016_1001sentiers_6

dolcenduro2016_1001sentiers_15

Alors certes, c’était très physique, la liaison 3 était interminable et l’attente a été longue en fin de journée (désolé)… mais malgré tout on peut dire que l’Italie nous a gâté pour son entrée dans l’Urge 1001 Enduro Tour, avec une météo de dingue, trois spéciales de toute beauté, des paysages merveilleux, une super ambiance, des spécialités culinaires italiennes à l’arrivée… et une compétition très relevée !

dolcenduro2016_1001sentiers_11

Chez les filles, la vice-championne du monde d’enduro varoise, Cécile Ravanel, n’a laissé aucune chance à ses 10 poursuivantes, au point qu’elle a terminé 40ème scratch. Elle s’impose devant la double-tenante du titre de l’Urge 1001 Enduro Tour, Julie Duvert, et l’Italienne Valentina Macheda.

dolcenduro2016_1001sentiers_1

Chez les hommes, la saison 2016 se débute comme la 2015 s’est terminée, avec une véritable démonstration du décuple champion du monde Nicolas Vouilloz, auteur des trois temps scratch et vainqueur devant son coéquipier Adrien Dailly (+23sec) et Julien Camellini (+1min00), qu’on a plaisir à revoir au sommet de sa forme et sur les podiums. Suivent Slawomir Lukasik et Dimitri Tordo. En VAE, la victoire revient à Xavier Marovelli devant Laurent Solliet et François Dola.

dolcenduro2016_1001sentiers_10

Pour les nostalgiques du pays, on avait même pensé à mettre les Alpes-Maritimes en arrière-plan au départ de la SP2. C’est d’ailleurs là-bas, au pied de la montagne enneigée que vous voyez au fond, qu’aura lieu les 16 et 17 avril prochains la 2ème épreuve de l’Urge 1001 Enduro Tour : le Bévérally de Sospel. Un Ultra-Enduro Ultra-Plaisir avec 9 spéciales pour vous régaler !

dolcenduro2016_1001sentiers_9

10 commentaires

  • Petite suggestion concernant l’épreuve et les suivantes
    Il serait sympa pour les accompagnateurs d’avoir un plan des spéciales avec les endroits où l’on peut aller voir les coureurs, car là c’était plutôt galère ne connaissant pas la région, l’attente a été longue et je parle pas de l’attente des podiums.

  • Bonjour,
    Bel Enduro et belle journée, mais un peu déçu que la cérémonie des podiums n’ait pas eu lieu, surtout lorsqu’on a 2 pilotes du team sur la 2nde et 3ème marche.
    Est ce que ce podium est annulé ou reporté lors de la prochaine épreuve ?
    Merci
    Olivier Allzone team

      • Ok, merci pour l’info.
        Mais ce qui nous importe le plus c’est la photos des pilotes sur le podium, c’est pour cela que je vous demandais si il aurait lieu ultérieurement.
        Merci

        • Malheureusement ce n’est pas possible car ce n’est pas le même organisateur et surtout on n’a pas l’assurance que tous les pilotes podiumés au Dolcenduro seront présents au Bévérally, donc on ne peut pas faire le podium à Sospel. C’est évidemment regrettable mais la montre tournait, les derniers concurrents n’étaient pas encore arrivé, de nombreux pilotes avaient de la route à faire, la température tombait, et les organisateurs du Dolcenduro ont dû prendre une décision. Il n’y a pas de solution idéale dans ce genre de cas…

          • Je comprends, merci pour votre réponse
            Effectivement on avait de la route. 4h exactement (avec un départ à 18h40 après avoir appris qu’il n’y aurait pas de podium)
            En espérant que nos pilotes soient en bonne forme à Sospel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *