L'interview de Justine Tonso

A seulement 18 ans, la talentueuse Vésubienne affiche déjà un palmarès qui ferait rêver plus d'un élite, et une polyvalence forgée dans les montagnes du Mercantour qui force le respect : Justine Tonso mêle en effet de front la compétition à haut niveau en VTT cross-country et en ski alpinisme, avec dans les deux cas des podiums et titres prestigieux à la clé. Rencontre avec l'un des grands talents du sport azuréen, et ce n'est que le début...

CV NÉ EN 2000 PALMARES CHAMPIONNE DE FRANCE VTT XC CADETTE, VICE-CHAMPIONNE DE FRANCE VTT XC JUNIOR, 7 PODIUMS EN COUPE D'EUROPE VTT XC JUNIOR, 10 FOIS CHAMPIONNE DE FRANCE SKI ALPINISME, 3 FOIS CHAMPIONNE DU MONDE ET D'EUROPE SKI ALPINISME

Salut Justine, comment ça va ?

Impeccable ! Une nouvelle saison, c’est toujours un défi excitant avec des choix de courses à faire et des promesses de trips autour du monde, de nouveaux massifs montagneux, de nouveaux singles, de nouveaux repérages et du coup une manière toujours renouvelée de sortir de sa zone de confort ! 

Ton spot favori ?

Il y en a tellement dans le département des Alpes-Maritimes !  A chaque fois que je sors, je sais que je vais me régaler... En ski alpi, le secteur de la Madone de Fenestre et le couloir du Gelas me parlent : c’est là que tout a commencé. En VTT, c’est autour de Roquebillière que j’aime à traîner mes pneus. Les 1000 m de dénivelé des granges de la Brasque et la descente Lilian Sergent, les granges du Colonel et sa roche rouge, ou le village abandonné de Béasse. Bref, à chaque sortie c’est un mélange de plaisirs liés à l’Histoire, au grip, à la couleur des arbres, aux jumps, aux odeurs qui me motivent pour y aller !

justine tonso_D059278_christian retaggi
Justine se régale dans les sous-bois de la Vésubie. (Photo © Christian Retaggi)

Ton dernier ride marquant ?

C’était la semaine dernière, aux granges de la Brasque justement. Une montée sur piste plein sud où même en plein hiver il fait 10 à 15 degrés, des pentes bien raides qui me font gravir 1000 m de dénivelé en passant par des alpages et des vaches sans clôtures, et en haut un single part en crête pour finir dans une châtaigneraie et sur ces dalles typiques des Clapieres : un grès orange dont je ne me lasse pas. Sur cette dernière sortie de presque 2000 m de dénivelé, un chien de berger s’est mesuré à moi... Je ne lui ai pas dit, mais je crois bien qu’il avait une meilleure VO2 que moi !!! 

Mais en ce moment, saison oblige, c'est priorité au ski. Que représente ce sport pour toi ?

Je viens du multisport, c’est ça qui m’a construit. J’ai la chance d’avoir une super salle d’escalade de niveau national au Vesubia Mountain Park : c’est bon pour la confiance, l’engagement, la souplesse et ça me vide la tête. Pour le ski, c’est pareil... Je me suis éclatée une saison en biathlon avec la carabine sur le dos, du coup j’adore retrouver cette sensation de glisse que procure le skating... et là, pour le coup, pas de chien pour aller plus vite que moi ! Le ski alpinisme, c’est encore autre chose : c’est l’évasion, la nature, les grands espaces. L’hiver, on a la chance en Vésubie de pouvoir travailler le foncier sur ces grandes étendues blanches. Et puis je ne peux pas vous cacher que les montagnardes de l’équipe de France sont des filles pleines de gaieté avec qui on passe de sacrés moments de rigolade !

justine tonso_8504927_christian retaggiSession escalade au Vesubia Mountain Park. (Photo © Christian Retaggi)

Il y a quelques jours, tu as justement remporté un nouveau titre national en ski alpinisme. Raconte.

L’année dernière, en 1ere année junior, j’ai gagné le général de la coupe du monde de ski alpinisme et remporté un titre de championne d’Europe. Cette année, je suis donc allée sereine aux championnats de France sur les 2 disciplines que sont “l’individuelle” (plusieurs montées et descentes en montagne avec des portages 1000m d+) et “le sprint” (parcours très explosif comportant toutes les manips à faire sur une grande course mais sur 4 min max, en élimination directe avec ses concurrentes)J’ai gagné les 2 courses de ces championnats de France en junior.

Du coup, quels sont tes prochains objectifs d'ici la fin de la saison ski ?

En remportant ces titres, je me suis qualifiée pour les coupes du monde à venir, mais j’ai décidé de faire l’impasse sur ces compétitions et de ne participer qu’aux championnats du monde en Suisse.

justine tonso_D054898_christian retaggi
13 janvier 2019, Justine en route vers un nouveau titre de championne de France de ski alpinisme, à Aussois. (Photo © Christian Retaggi)

Et en VTT, quelles sont tes ambitions pour 2019 ?

En VTT, je passe espoir cette année. Il va donc falloir passer plus de temps sur les vélos et peaufiner réglages et objectifs pour ne pas passer à côtés des courses importantes. Nous commençons cette année avec un stage de préparation en Espagne avec les élites. Il va encore falloir élever mon niveau de performance dans tous les domaines si je veux pouvoir jouer dans le haut du tableau. Ces filles avec qui je vais courir, je les connais toutes. Lorsque tu prends un départ en VTT XCO, il faut que tu sois prête à en découdre, il te faut toutes les armes que tu as travaillées à l’entraînement. Depuis les années cadettes, j’ai toujours fait des podiums au niveau international, du coup il n’y a pas de raison que je vise autre chose... non ?!  Je veux continuer à apprendre avec l’équipe de France et je veux être prête pour disputer les championnats d’Europe et du Monde, pour représenter au mieux la France. Ce maillot me parle beaucoup !

justine tonso 1
Elle aime sa vallée de la Vésubie, et aussi porter les couleurs de son pays. En cadet, sacrée championne de France, elle courait en bleu-blanc-rouge, et elle compte bien remettre ça dès que possible !

N’est-ce pas trop compliqué de courir deux sports au haut-niveau à la fois, et les études en plus ? Quel est ton secret ?

Le nombre de courses sur lesquelles je m’aligne, toutes disciplines confondues, n’est pas plus élevé que celui de mes autres concurrentes. J’y gagne en bien-être et motivation : je suis contente de passer au ski quand les conditions deviennent rudes en vélo, et je saute sur mon vélo en utilisant l’engagement dans la pente du ski dès que les beaux jours le permettent. L’année dernière, j’avais envie d’aller au bout des coupes du monde, j’étais comme une dingue de pouvoir faire la Pierre Menta avec ma copine savoyarde... je pense que je l’ai payé en fin de saison aux Mondiaux. J’ai donc appris à plus écouter mon corps et mon staff que mes folles envies ! Comme tout, c’est un équilibre et j’apprends à le construire saison après saison.  Quant à mes études, mon bac S avec mention en poche, j’ai pu intégrer l’EDHEC qui offre des possibilités d’étalement des études, le tout en restant à la maison en e-learning ! Je ne me déplace qu’une fois par semaine pour compléter cette formation par une licence de droit à l’université de Nice, là aussi à horaires aménagés. Mon secret ? Je n’en ai pas ! Je m’éclate et j'essaie d’être le plus possible ouverte aux magnifiques aventures et opportunités qu’une vie d’athlète de haut-niveau propose.

justine tonso_8501405_christian retaggi
Passionnée, professionnelle et posée, Justine a toutes les armes pour se construire une belle carrière. (Photo © Christian Retaggi)

Comptes-tu continuer à mener ces deux carrières de front longtemps, ou as-tu prévu de te spécialiser dans l’une des disciplines lorsque tu arriveras en élite ?

Pour l’instant, le plaisir reste une priorité. Des concessions sont indispensables pour réaliser un progrès technique ou physique au très haut niveau. J’ai déjà envisagé mes saisons différemment cette année, et je n’hésiterai pas à continuer ainsi afin de rester au top.

justine tonso_8502053_christian retaggi
Justine en action lors d'une coupe de France, en 2018. (Photo © Christian Retaggi)

Autre singularité qui te caractérise : malgré ton jeune âge, tu as réussi à structurer tout une équipe d’encadrants et de partenaires autour de toi. Parle-nous un peu de ce projet que vous avez construit et des gens qui t’épaulent.

Je vis en Vésubie et j’ai profité des infrastructures et des projets que des hommes et des femmes ont mené en faveur des jeunes et de la pratique des sports de montagne. Le conseil départemental 06 et son plan ski, et les clubs comme celui qui m’a formé (le Montagne club vésubien ITGA / Cube) sont à l’origine de ce que je suis devenue. J’ai voulu conserver cette identité et communiquer sur ce territoire qui a toujours été mon terrain de jeu. Mon club travaillait avec des handicapés, des entreprises, des collectivités depuis longtemps. Lorsque le temps est venu de faire des choix (team national uci ou pas) ce réseau a décidé de me soutenir. ITGA (entreprise de 1500 salariés avec qui nous partagions notre passion de la montagne) finance depuis lors mes saisons. Se sont rajoutés le Conseil Départemental du 06, la marque de vélo Cube (qui me fait confiance depuis mes 14 ans !), DT Swiss, Volvo, Julbo, Expe, Trab, Garmin, Karpos et Vesubia. En effet, cette aventure, c’est aussi pour moi l’opportunité de mettre à profit mes études de droit et de commerce avec ces partenaires privés devenus des amis. Ainsi, une coach mental, un préparateur physique (O.Pauly), un technicien (S.Perrier), un kine-ostheo (G.Martinetto), un photographe (C.Retaggi), une Nutritioniste mais aussi une couturière (S.Bois), un mécanicien (Tony), des partenaires d’entraînement... Une équipe s’est formée afin que les Alpes-Maritimes et la Vésubie soient représentée au niveau international sur des compétitions de VTT ou de ski alpinisme. Je me déplace en Volvo XC60 sur les courses internationales... la où certains ne voient qu’un véhicule imposant, moi j’y vois la possibilité de me déplacer sur les courses au dernier moment afin de ne pas trop empiéter sur mes études supérieures et de pouvoir continuer à travailler ou me reposer sereinement à l’arrière dans les déplacements. En plus, je n’ai même pas le droit de la conduire... Je suis trop jeune conductrice ! Bref, cet équilibre famille / amis / études / partenaires / haut-niveau nécessite pour tous les athlètes une équipe de gens bienveillants autour de soi. Dans le Team Itga-Volvo-Cube, ils sont tous amis, se connaissent tous et partagent tous cette envie de m’aider à perfer au plus haut niveau... Qu’ils soient ici remerciés !!

justine tonso_8504831_christian retaggi
Une fois qu'elle aura raccroché les skis, Justine basculera sur son Cube pour disputer sa première saison chez les espoirs. (Photo © Christian Retaggi)

Merci Justine & Bonne saison 2019 !

Rendez-vous en février pour 10 questions à une autre figure du VTT azuréen...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *