1001sentiers vous dit tout sur LE rendez-vous des Braves

Ils en rêvent depuis des mois, ils en ont peur aussi, ils se sont entrainés comme des fous pendant tout l’hiver pour arriver en forme, ils ont murement réfléchi au montage de leur vélo, et voilà qu’elle arrive : la Transvésubienne, la mythique Transvésubienne, l’impitoyable Transvésubienne a lieu dans 10 jours… L’objectif de l’année pour beaucoup, le challenge sportif d’une vie pour certains, et pour tous les vététistes azuréens – qu’ils participent ou pas d’ailleurs – un des événements les plus importants de la saison. Le compte-à-rebours a commencé pour les Transvésubiens, et 1001sentiers vous dit tout sur cette édition 2017…

transvesubienne 2016 paysage 2
La Transv approche… Are you ready ?

Le tracé

Après une édition 2016 façon Ultra qui n’aura que moyennement convaincu ses participants, la Transv revient cette année à son format historique : un prologue court le samedi en Haute-Vésubie et la grande course le dimanche entre la Colmiane et Nice. Un schéma déjà vu, mais qui s’articule sur un parcours grandement remanié cette année, autant le samedi que le dimanche.

1001sentiers transvesubienne vesubie P1120583
La descente des Granges de la Brasque, la plus longue de la Transv.

Ainsi, le prologue partira de la Colmiane et se terminera à St Martin Vésubie après être passé par Venanson et avoir proposé en condensé tout ce qui fait l’ADN de la Transv : plus de dénivelé négatif que positif, des chemins de montagne techniques, des épingles, de belles parties de ride mais aussi quelques tronçons de montée sélectifs (tout de même plus de 300 m de positif contre 800 de négatif, sur 12 km). Quant au parcours du dimanche (80 km, 4300 m-, 3250 m+), il débutera comme le veut la tradition au milieu des pistes de la Colmiane et suivra le superbe travers des 2 Caïres jusqu’à rejoindre les forêts du Mt Tournairet. Là, les concurrents quitteront l’ancien tracé qui les a menés pendant des années vers le Brec d’Utelle, pour piquer à l’Est vers les Granges de la Brasque et le fond de la Vésubie au niveau de Pélasque après plus de 1500 m de dénivelé négatif d’une traite qui feront la part belle aux pilotes aguerris, utilisant pour moitié des sentiers jamais empruntés par la course . Après avoir franchi la rivière qui lui donne son nom (également lieu de départ de la Trans 50 avec 1800 m de positif et 1900 de négatif), il sera temps de mettre le vélo sur les épaules pour le premier gros portage du jour, puis plus d’une heure (voire deux) d’ascension jusqu’au col de Porte, via le superbe chemin de la Baisse de Béasse. Une partie de toute beauté mais éreintante physiquement, qui se poursuivra sur la crête de Roccasiéra, l’une des parties les plus sauvages du parcours. Un joli morceau de vélo de montagne au bout duquel se trouve la descente sur Coaraze, un grand moment de plaisir qui marque véritablement l’entrée dans les collines niçoises.

1001sentiers transvesubienne vesubie P1120714
Pur moment de ride dans la descente de Coaraze

Il restera ensuite à grimper sur les flancs du Mt Férion (moitié piste, moitié portage) pour rejoindre le chemin de Colla Bassa, dont on a d’ailleurs le plaisir de vous annoncer qu’il vient d’être nettoyé (ceux qui ont galéré à le trouver en recos et qui ont découvert son état pitoyable se réjouiront de cette info). Après une quelques dizaines de minutes monta-calla, la descente de Terra Forte jusqu’au col de Chateauneuf et ses milliers de cailloux marquera le dernier gros morceau technique du tracé, et très certainement un endroit éprouvant à ce stade de la course. Mais pour se motiver, les Transvésubiens pourront se dire qu’une fois en bas, il ne restera qu’à traverser le Mt Macaron pour rallier la descente finale, via la baisse de Bordinas, avant de franchir la ligne d’arrivée au stade de la Lauvette.

1001sentiers transvesubienne vesubie P1120747
Terra Forte. Courage, bientôt la fin !

Les têtes d’affiche

Côté favoris, on citera bien sûr avant tout Alexis Chenevier, le quadruple vainqueur et recordman de l’épreuve, qui aura à cœur de défendre son titre au guidon de son Scott. Face à lui, on peut annoncer le Champion de Suisse XC Marathon Konny Looser, Emeric Turcat (qui avait mené pendant longtemps la course des derniers championnats de France), Nicolas Cambus, Jérémy Gadomski et de nombreux outsiders et pilotes locaux spécialistes de la Transvésubienne.

transvesubienne 2016 alexis chenevier 2
Après avoir remporté ce printemps l’Epic Enduro et le All-mountain Challenge, Alex Chenevier est candidat le 14 mai pour une 5ème victoire sur la Transvésubienne. Quelqu’un réussira-t-il à l’arrêter ?

Dans la catégorie e-bike, le duel entre le quadruple-vainqueur Olivier Giordanengo et Mehdi Gabrillargues (qui avait signé le meilleur temps dimanche en 2016) promet d’être grandiose, d’autant qu’il sera orchestré par de nombreux outsiders ambitieux : Xavier Marovelli (récemment vainqueur de la Sea Otter), Florian Golay (l’un des pilotes les plus complets qui soit), Maxime Folco (le plus gros “moteur” du peloton électrique) ou encore Titouan Perrin-Ganier (récemment arrivé dans la discipline mais avec un joli palmarès musculaire). Mais la grande nouveauté, c’est l’arrivée dans cette catégorie de Nadine Sapin, quintuple vainqueur musculaire de la Transvésubienne, qui sera la première fille – et pas des moindres – à faire cette course en VAE, n’en déplaise à certains garçons qui auraient bien raison de se méfier d’elle, autant vous le dire.

transvesubienne 2016 nadine sapin
Nadine Sapin fera cette année la Transv en e-bike

Carnet de route

Quant à nous, on vous donne rendez-vous le 14 mai soir sur 1001sentiers pour revivre cette grande course en images et découvrir les résultats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *