La Trans Riviera a connu le 15 mai 2022 une 2ème édition magnifique qui restera gravée dans les annales à plus d'un titre. Après l'euphorie de la course et la célébration des héros du jour, nous avons analysé les enseignements réjouissants de cette épreuve.

Une nouvelle classique, dans le pur esprit Transv'

Ca fait plus de 30 ans que les vététistes de toute la France, et a fortiori ceux du 06, rêvent en participant ou en suivant la Transvésubienne, une course devenue mythique au fil des décennies. Depuis quelques années, son organisateur s'évertue à dupliquer le concept, d'abord avec la TransvWest entre Thorenc et Théoule, puis avec la Transvalléenne morte-née qui devait avoir lieu en 2021 entre Gréolières-les-Neiges et la Colle-sur-Loup. Finalement, c'est à l'Est des Alpes-Maritimes, entre Tende et Menton, que l'UCC a enfin trouvé un tracé vraiment digne de la Transv' tant par l'esprit que par la beauté et la technicité de ses sentiers.

Une formidable union des forces locales

Organisée à la hâte en 2021 après l'annulation de la Transvalléenne, la Trans Riviera a réellement pu se préparer comme il se faut en 2022 et livrer alors son vrai potentiel. Pendant des mois, l'UCC a fait preuve d'un activisme remarquable pour préparer la course et a su mobiliser les formidables forces locales, à l'instar de Jean-Marc Baldi et François Falocci, deux figures du VTT dans la vallée de la Roya qui ont grandement participé, ainsi que de nombreux autres, sans oublier les services de Force 06 et des communes traversées, à la préparation du parcours.

Un deal historique avec la SNCF

Autre tour de force de l'UCC : l'équipe de George Edwards a réussi à sceller un partenariat avec le Train des Merveilles, ce qui a permis à des dizaines de participants de monter à Tende en train à moindre frais. Une première dans l'histoire des courses de VTT dans les Alpes-Maritimes, pour le plus grand bonheur des coureurs, mais aussi de l'environnement.

Des chemins ouverts tout spécialement pour l'occasion

Un ans après avoir été meurtrie par la Tempête Alex, la vallée de la Roya porte encore de nombreux stigmates de cette catastrophe, à commencer par les routes et chemins qui ont été emportés par les flots. Alors pour offrir aux vététistes le plus beau parcours possible, les shapers locaux et l'UCC se sont retroussé les manches pour bichonner les chemins et même ouvrir des nouveaux tronçons inédits. Un chantier colossal qui témoigne de l'implication locale et de l'ampleur de cet événement, qui s'inscrit durablement dans le territoire.

Un tracé qui a fait l'unanimité

Ainsi, les centaines de vététistes qui se sont alignés au départ de la Trans Riviera ont pu profité d'un parcours exceptionnel et de chemins de premier choix. Plus de 80 km de sentiers qui ont visiblement fait l'unanimité chez les participants.

Un plateau de pilotes de haut vol

Cerise sur le gâteau, les plus belles têtes d'affiche de la Transvésubienne étaient au départ de cette Trans Riviera 2022, à l'instar des derniers vainqueurs Emeric Turcat et Alexis Chenevier, et de Maxime Folco, multiple podiumé et meilleur représentant azuréen depuis bientôt une décennie. Autant de champions qui donnent encore plus de valeur à cette épreuve sur le plan sportif national.

Un nombre record de VTTAE

George Edwards fut l'un des tout premiers organisateurs dans l'histoire à intégrer les VTTAE dans ses épreuves, à leur dédier des catégories spécifiques (pas moins de 3 différentes en 2022 : E500, E600+, E-Light) et à valoriser cette discipline sportive. Après des années à jouer les précurseurs, force est de constater que les efforts payent, puisqu'ils étaient pas moins de 90 VTTAE au départ de cette Trans Riviera 2022.

Toute la beauté du sport

Accueillis en grandes pompes dans la vallée de la Roya, sur les terres sospelloises et dans le pays mentonnais, les participants de la Trans Riviera ont fait honneur au beau tracé que l'organisation leur avait concocté en portant haut et fort toutes les valeurs du sport : l'engagement, le dépassement de soi, le fair-play. Et cerise sur le gâteau, on a assisté à une compétition particulièrement serrée pour la gagne, et ce sur tous les tableaux, hommes, féminins et électriques.

Assurément, une nouvelle classique est née. Vive la Trans Riviera ! Et vivement 2023 pour remettre ça ! Mais avant ça, rendez-vous en octobre sur sa grande sœur, la Transvésubienne !

Photos © Zoom dans l'œil de Fab

1 commentaire

  • Belle épreuve.
    Mais le lieu d’arrivée est très mal choisi.
    Galère pour stationner, ce qui réduit d’autant l’ambiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.