Confinés, certes, mais toujours connectés et passionnés… Pendant la période de confinement, 1001sentiers entretient la flamme et la vie du VTT azuréen avec cette nouvelle série d’interviews des pilotes locaux. Des interviews réalisées loin des sentiers et sans contact pour parler avec eux de leur vision de la situation, leurs émotions, leur quotidien durant cette période spéciale et de quelle manière cela chamboule leur saison et leurs projets. Aujourd’hui, c’est l’un des tout meilleurs pilotes EWS qui prend la parole : le Niçois Adrien Dailly

adrien dailly lapierre zipp collective jbliautardEn attendant de pouvoir baptiser son nouveau maillot, Adrien Dailly a répondu aux questions de 1001sentiers (Photo © JB Liautard)

La pandémie du covid-19 a complètement stoppé la saison et remet en cause plein de choses pour vous les athlètes, comment vis-tu cette crise d’un point de vue personnel ?

En effet, la saison EWS est complètement stoppée alors qu’elle n’avait même pas commencée, toutes les courses ont été reportées jusqu’en novembre et personne ne sait vraiment si les compétions mondiales vont reprendre cette année au vu de la situation mondiale… D’un point de vue personnel, je ne me suis jamais autant entraîné que cet hiver (velo de route, muscu), je m’étais remis en question pour essayer de progresser physiquement… Tout ça pour finir par manger des chips devant la télé pendant tout le confinement, c’est un peu con haha, j’aurais bien aimé tester un peu si mes efforts avaient payés… Après, comme tout le monde, je me sens un peu inutile chez moi mais c’est le mieux à faire. On peut aussi faire des dons, ça aide à se sentir moins inutile, avec les économies de toutes nos sorties qui sont tombées à l’eau.

Qu’est-ce qui te manque le plus dans le fait de ne pas pouvoir rouler ?

J’avais arrêté le VTT pendant trois mois cet hiver pour essayer de finir de réparer une bonne fois pour toutes mon coude, donc je commençais tout juste à retrouver des bonnes sensations et à vraiment prendre du plaisir. Le seul avantage des longues blessures/coupures c’est vraiment de se rendre compte à quel point c’est bien le vélo héhé ! Donc c’est très frustrant de ne plus pouvoir aller rouler !!! J’ai vraiment hâte de remonter sur mon vélo.

Que fais-tu de tes journées pendant le confinement ?

Je suis passé par plusieurs étapes… Les premiers jours, j’en ai profité pour faire d’autres choses genre bricolage, car je m’étais beaucoup entraîné avant le confinement. Ensuite (J5 à J15 je dirais) je suis passé à un nouvel état où j’étais sur-motivé, je me suis dis puisque que je suis bloqué à la maison je peux rien faire de cool, autant m’entraîner comme une bète tous les jours ! Et après, je me suis dit que ça allait être long et surtout qu’il n’y aurait pas de course tout de suite, donc difficile de rester motivé. Pourquoi se donner autant de mal à faire du home-trainer (j’aime vraiment pas ça) pour ne jamais en voir le résultat ? Donc depuis quelques semaines, j’essaye de maintenir un peu la forme pour pouvoir manger du chocolat sans prendre 5 kg a la fin du confinement, mais c’est tout…

On imagine que c’est d’autant plus frustrant pour toi que tu sortais d’une fin de saison 2019 prometteuse et que tu semblais enfin débarrassé de tes problèmes au coude, avec en prime de nouveaux compagnons dans le team cette année. Quels étaient tes ambitions pour 2020, et qu’est-ce que cette crise change ?

Oui, en tout cas j’étais très motivé à essayer de gagner des courses cette année, mais bon il va peut être falloir revoir les ambitions… Peut-être que rester en bonne santé semble être un bon objectif en 2020 malheureusement… Quant au team, en effet on a un team de rêve cette année (encore pendant 3 ans normalement),  j’ai vraiment hâte qu’on se retrouve tous !

Une note plus positive : ton meilleur souvenir de la saison 2019 ?

L’EWS aux Orres parce que j’ai fait un podium et j’ai gagné une spéciale (la première après ma blessure). C’était tellement long et compliqué cette blessure au coude, j’ai beaucoup galéré en début de saison aussi, alors se voir rouler avec les meilleurs ça rassure et ça fait tellement de bien au moral. Je me posais beaucoup de questions de savoir si j’allais pouvoir retrouver mon niveau et ma confiance car mon coude ne voulait pas guérir, donc gros soulagement !

Un dernier mot pour que les riders cloîtrés chez eux gardent le moral ?

Une petite séance de sport le matin tous les jours, je trouve que ça aide beaucoup à garder le moral ! Et les réseaux sociaux c’est quand même cool, en ce moment les gens ont beaucoup d’imagination, je suis plus spectateur qu’acteur même si il faudrait que je me chauffe un peu héhé !

EWS les Orres 2019 Dailly 1
En juillet 2019, Adrien Dailly retrouvait sa vitesse et le chemin des podiums EWS. Leader à l’issue du 1er jour, il termina finalement 3ème de l’épreuve. Vivement que la saison 2020 débute pour qu’il remette ça ! (Photo © EWS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *